Lettre de Michèle Bennett Duvalier à Marc Antoine Acra

"Cher Marc Antoine,

ADVERTISEMENT


The Presidential Family Michele Bennett And Jean Claude Duvalier

J'ai lu ce jour avec interet ta note de presse du 6 Avril ecoule parue sur facebook.

Dans cette note, tu contestes l'interdiction de depart prise a ton encontre par le Commissaire du Gouvernement, Me.Danton Leger, suite au dossier du bateau "Le Manzanares" qui a ete saisi contenant une cargaison de sucre et de drogue qui etait destinee a ta Societe NABATCO en provenance de la Colombie.

Je comprends que tu te defendes et que tu defendes aussi l'honneur et le nom de ta famille qui depuis 3 generations travaillent et investissent dans le pays. Tout citoyen a droit a la justice de son pays. Egalement, c'est tout a fait normal que le Commissaire du Gouvernement fasse son travail d'enquete et d'instruction en toute serenite pour trouver le ou les coupables concernes par l'importation clandestine de cette grande cargaison de drogue et le deferer devant la justice.

Mais a mon grand etonnement, comme element de defense tu fais reference aux Duvalier et je te cite:

""- Quarto, de constater qu'un Commissaire du Gouvernement mis en place par un gouvernement de transition prônant la transparence et la justice agisse comme au temps du régime totalitaire des Duvalier en posant des actes arbitraires, anarchiques et totalement illégaux,".

Marc Antoine, si tu le permets j'aurais d'abord un conseil a te donner. Les hommes de loi qui t'entourent devraient plutot te conseiller un autre systeme de defense que celui d'insulter et de t'attaquer a l'honnetete, a la probite, et a l'honneur de Me Danton Leger, que je n'ai jamais eu le plaisir de rencontrer, mais qui d'apres mes renseignements, est un homme integre, sans parti pris, cultive et tres professionnel, en plus qui a ete Depute de Leogane et qui jouit d'une reputation tout a fait respectable. Apres tout, ce n'est qu'un petit conseil de ma part que tu n'es pas du tout oblige de suivre.

Mais par contre, tu vas bien ecouter les conseils qui suivent. Je n'ai pas compris que tu cites le nom des Duvalier dans cette histoire qui ne nous concerne ni de pres, ni de loin. On est parti du pouvoir depuis 30 ans, et depuis, Haiti est passe a autre chose et nous aussi. Je sors de la reserve mediatique que je m'etais imposee depuis ces nombreuses annees, car j'ai le devoir en tant que ex epouse du President Jean Claude Duvalier, ex Premiere Dame d'Haiti et mere de ses 2 enfants de defendre sa memoire. Mais toi, Marc Antoine, qui vomit maintenant sur les Duvalier, je devrais te faire un petit rappel a l'ordre! N'as tu pas sejourne en de nombreux etes chez moi (a Cannes et a St Tropez) avec mes 4 enfants, Alix et Sacha Pasquet, Nicolas et Anya Duvalier?? Peut etre etions nous plus frequentables, n'etant plus au pouvoir a ce moment la! Cela ne te genait pas non plus de te montrer en leur compagnie et de profiter des relations de mes fils aines que ca soit a l'universite a Boston, la Cote d'Azur, et a Paris!

Marc Antoine, maintenant, j'aimerais remonter le temps, avant ta naissance et te faire une piqure de rappel! Tes grands parents et ton pere, tes oncles, ont tous profites des largesses des Duvalier Pere et fils!! Bien avant que je ne sois Premiere Dame de ce pays! Que je sache, la famille Acra n'a jamais eu a souffrir sous le regime des deux Duvalier! Bien au contraire! Vous etiez consideres comme des privilegies, des grands Duvalieristes! Vous aviez le monopole (entre autre chose) des uniformes des FADH et des Volontaires de la Securite Nationale. Combien de fois ai-je croise ton pere Tony, un rude travailleur, dans les couloirs du Palais National quand il se rendait chaque jour dans les bureaux de son grand ami le General Gracia Jacques? Combien de fois ai-je croise tes parents chez les miens a Peguy Ville? Ou a nos soirees privees a la Villa d'Accueil ou le President JC Duvalier et moi avions grand plaisir a les recevoir! Et je prefere m'arreter la, car la liste est trop longue!

Tres cher Marc Antoine, comme tu es un tres tres grand PDG maintenant, et pour repeter tes propres paroles, un grand DECIDEUR (de la politique haitienne), tu devrais davantage prendre et ecouter les conseils de tes aines. Il n'y a pas de honte a le faire!

Enfin, Marc Antoine, je te saurais greee a l'avenir d'eviter tout amalgamme, et surtout ne pas t'en prendre gratuitement a ma famille, les Duvalier, car nous aussi sommes entoures d'hommes de loi et tu ne voudrais surtout pas que la famille Duvalier t'attaque en diffamation?

Sur ce, je te souhaite bonne chance dans la defense de tes droits et espere pour toi que tu seras lave de tout soupcon.

Je t'embrasse de toute mon affection de toujours que tu voudras bien partager avec tes parents Mimi et Tony.

MICHELE B. DUVALIER

Paris, FRANCE"

April, 2016

Reply to this article  (1)

Read more: duvalier, Duvalier Finance, Duvalier Crime, Michele Bennet, Anya Duvalier, Duvalier Facts, Marc Antoine Acra, Newsletter Articles, People

Related Photos

Who is Marc Antoine ACRA?   Travel interdiction for Marc Antoine Acra and Alix Celestin   Government Commissioner Danton Léger creating general panic   Agreement Marc Antoine Acra of NABATCO and Haiti Government   Haitian Businessman Marc Antoine Acra after cocaine and heroine incident  

« Wilson Laleau, latest to be included on Travel interdiction list | Main | Michèle Bennett tells Marc Antoine Acra to stop vomit on Duvalier »

Return to Articles List

All Comments (1)

Jp Villedrouin says...

I'd love to contact Mrs. Bennett, how can I go about doing that.
She has information that would help us pursue justice in

Reply  ... More

Leave a Reply

Name (required)

E-mail (required, will not be published)

Subject: Lettre de Michele Bennett Duvalier a Marc Antoine Acra edit

» »

Our objective is to share with you news and information about Haiti and the people of Haiti. Traditions, habits and the way we were  or  grew are alive in this site. We highly recommend that you Subscribe to our Newsletter and also share with us some of the things that are memorable and made us unique people.